Symphonie de chambre

 

« En 1906, Schoenberg revint d’un séjour à la campagne avec la Symphonie de chambre. Elle fit une impression extrêmement forte. J’étais alors depuis trois ans son élève et je pensai aussitôt: « Tu dois faire quelque chose comme cela! » Sous l’influence de cette œuvre, j’écrivis dès le lendemain un Mouvement de sonate. Dans ce mouvement, j’avais atteint la limite extrême de la tonalité. – Schoenberg était à l’époque incroyablement fécond. Chaque fois que nous, ses élèves, nous venions le trouver, il y avait quelque chose de nouveau » 

Anton Webern, 1932.

 

 

 

webern,schoenberg,symphonie de chambre,modernisme,tonalité

 Wassily Kandinsky, Nuit, 1907